Maladie de parkinson en Bretagne : traitement et informations | Association Neuro Bretagne

Espace professionnel
Qui sommes-nous ? Nos actions

PIMPARK 

 

 

Etude de l'efficacité de la pimavansérine dans le traitement du trouble du contrôle des impulsions dans la maladie de Parkinson

 

 

Il s’agit d’un essai multicentrique national, de phase II, comparatif, contrôlé, contre placebo, randomisé, en double aveugle et groupes parallèles évaluant l’effet de la pimavansérine versus placebo.

 

 

L’objectif principal de cette étude est d’évaluer l’efficacité de la pimavansérine (un agoniste inverse 5HT2A sélectif), versus placebo, après 8 semaines de traitement à dose stable sur la sévérité des TCI dans la maladie de Parkinson.

 

Pour le patient : quatre visites et trois appels téléphoniques au cours de l'étude de 16 semaines.

 

 

criteres d'inclusion

 

-Patient présentant une maladie de Parkinson selon les critères de l’UKPDSBB, diagnostiquée depuis au moins un an avant la randomisation
-Patient, homme ou femme, âgé de 35 à 75 ans
-Patient présentant un TCI modéré selon un score
L’utilisation de bornes inférieures permettra de sélectionner des patients présentant un trouble comportemental suffisamment sévère pour justifier un traitement par pimavansérine et les bornes supérieures permettront de garantir que cette sévérité reste suffisamment modérée pour qu’un traitement par placebo pendant 8 semaines soit acceptable en cas d’une randomisation des patients dans ce groupe placebo.

- Patients recevant des doses stables de levodopa, agonistes dopaminergiques, ICOMT, IMAOB, amantadine, anticholinergiques, antidépresseurs et benzodiazépine depuis au moins 1 mois avant la randomisation et acceptant de maintenir ces doses stables durant toute l’étude 

 

 

criteres de non inclusion

 

- Patient souffrant d’un autre syndrome parkinsonien (atrophie multisystématisée, paralysie supranucléaire progressive, démence à corps de Lewy, dégénérescence corticobasale)

- Patient présentant une hypersensibilité connue au traitement de l’étude, basée sur des allergies connues à des médicaments de la même classe thérapeutique.

- Accident vasculaire cérébral, maladie grave non contrôlée, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque congestive dans les 6 mois précédant la randomisation.

- Patient présentant des antécédents de syndrome du QT long

- Patient traité par des médicaments antipsychotiques durant les trois mois précédant la randomisation

- Mise en place d’un traitement par stimulation cérébrale profonde durant l’année précédant la randomisation

- Patient souffrant d’un cancer

- Patient souffrant d’une insuffisance rénale sévère définie par CrCL

- Insuffisance hépatique cliniquement significative

 

Les actions de la plateforme Oniric
Formations Actualités Essais cliniques
Les associations Adhérer au réseau Newsletter Nous contacter

Un programme porté par l’Association Neuro Bretagne

Newsletter

Vous êtes :